Une vallée agricole entre Roissy et Paris ?

Une vallée agricole entre Roissy et Paris ?

07 février 2017

Le géant agricole InVivo projette de transformer les abords de l’A1 entre Roissy et Paris en vallée agricole. Grandes cultures, murs végétaux ou plantes dépolluantes, il souhaite ainsi faire faire des abords de Paris une vitrine de l’agriculture française.  

Vingt kilomètres d'autoroute longés de verdure et plantations à la place du bord de route recouverts de détritus. Ce projet colossal est porté par InVivo, le groupe coopératif agricole français, révèle ce mercredi Le Parisien. http://www.leparisien.fr/paris-75018/ce-projet-fou-d-une-vallee-agricole-le-long-de-l-autoroute-a1-entre-paris-et-roissy-31-01-2017-6643440.php  Le long de l'autoroute A1 en Seine-Saint-Denis, entre Roissy et Paris l'entreprise verrait bien une "vallée" agricole.

Le projet combinerait de grandes cultures de blé, colza ou orge mais aussi du maraîchage, des vergers et pourquoi pas de la vigne. Des serres et des murs végétalisés le long de l'autoroute sont aussi envisagés. Avec cette idée, le groupe souhaite offrir à la principale porte d'entrée de Paris un paysage plus accueillant mais surtout mettre en avant l'agriculture.

"On veut faire de l'A1 une vitrine mondiale de notre savoir-faire en matière d'agriculture urbaine et écologique avec pour objectif de nourrir la population localement", explique au Parisien Thierry Blandinières, le PDG d'InVivo.

 

Associer les entreprises sur place

invivoa1.jpg

 

Les produits issus des cultures de la vallée pourraient être redistribués à des particuliers ou aux restaurateurs de l'aéroport. En tout, le groupe qui a commencé à opérer un recensement des terres disponibles table sur 5.000 hectares à transformer. 

InVivo a d'ores et déjà approché des entreprises implantées sur le territoire, de Paris Aéroport en passant par Ikéa ou Vente privée. L'objectif serait de réussir à les convaincre d'investir dans le projet pour verdir leur image "au lieu de compenser leur bilan carbonne en allant planter une forêt dans l'hémisphère sud". Le projet pour lequel InVivo doit rendre les conclusions d'une étude approfondie en mai est aussi suspendu à une décision de la préfecture de région qui n'a pas encore été saisie du projet.